Bribes

6 septembre 2010 Commentaires fermés sur Bribes

bribes

« Voici, écrit Bosquet de Thoran dans son avant-propos, des vers qui sont orphelins, comme on dit des maladies qu’elles sont orphelines : ils sont uniques. À chacun de faire son choix, soit les compléter à sa guise, en suivant le propos de Lautréamont : “la poésie doit être faite par tous”, ou bien, pourquoi pas ? rêver autour d’un vers. »
Le titre de Bribes est déjà fort évocateur. Il s’agit de fragments, de pièces détachées qui ressortissent au jaillissement premier de la parole poétique. Non pas ce qui resterait après avoir prélevé l’essentiel, mais l’essentiel qui n’est pas parvenu à se formuler dans sa totalité, le départ d’un poème resté virtuel, et dont l’écho peut résonner dans la sensibilité du lecteur.
Certains de ses fragments ressemblent à des haïkus. D’autres sont plus proches de l’incipit ouvert sur tous les possibles afin que le lecteur se risque à le compléter. D’autres encore prennent l’allure d’aphorismes, cette forme dont les exemples ne manquent pas dans la poésie moderne.
C’est dire que ces textes gardent l’horizon ouvert pour toucher le lecteur en utilisant la forme d’une pensée tout au plus ébauchée, d’une méditation à peine engagée mais toujours engageante.
Chacun d’eux est construit avec une extrême économie de mots, assurant ainsi à la parole rigueur et précision. Ils semblent simples, leur composition presque facile. Mais ce naturel est un effet de l’art. La précision dont ils témoignent montre combien ils ont été médités, combien la forme en fut réfléchie pour atteindre à l’évidence.

Alain Bosquet de Thoran est né en 1933 d’un père mathématicien et organiste, et d’une mère artiste-peintre. Grand-père paternel pianiste de réputation internationale, grand-père maternel directeur du Théâtre de la Monnaie. Lui-même est très tôt requis par l’écriture plutôt que par les études : il débute à moins de vingt ans dans la vie professionnelle comme secrétaire de rédaction du Journal du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, et publie, sous le nom d’Alain de Thoran, son premier recueil de vers, Terre habitable. Sa véritable entrée en littérature, ce sont, trois ans plus tard, les poèmes de l’Invitation chimérique, que salue Gaston Bachelard. Ce livre est bientôt suivi de Petit Guide pour la visite d’un château, où Charles Bertin observera « une manière de passage à gué entre la poésie et la prose ». Membre de l’Académie royale de langue et de littérature ainsi que de La Libre Académie, son œuvre comporte une vingtaine de titres. Il avait reçu le prix Rossel pour son récit la Petite place à côté du théâtre (Talus d’approche, 1994). Son précédent livre, Mémoire de l’outil (Le Cormier, 2007), a reçu le prix du Parlement de la Communauté française.

14 x 21 cm
50 pages
20 exemplaires numérotés et signés sur Rives Classic : 50 €
480 exemplaires sur Munken Print : 14 €
ISBN 978-2-930231-65-5
Parution : mai 2010

Où suis-je ?

Entrées taguées Bosquet de Thoran sur Le Cormier.